Nos tutelles

Nos partenaires

annuaire

aigle

Rechercher




Accueil > Recherche > Les Axes et Activités de Recherche > Astrophysique Stellaire > Services d’observation > GAIA

GAIA

La mission GAIA a reçu le label de « Pierre angulaire » du programme scientifique de l’Agence Spatiale Européenne. Le lancement du satellite par un lanceur Soyouz depuis Kourou est prévu le 19 décembre 2013.

Le satellite va mesurer de manière extrêmement précise position, distance, mouvement et éclat d’un milliard d’étoiles, et déterminer en plus la vitesse radiale de quelques centaines de millions d’étoiles. La mission permettra de contraindre et d’affiner les modèles concernant l’évolution stellaire, la formation et l’évolution de notre Galaxie, et la dynamique du groupe local de galaxies.

Les observations en continu du ciel pendant cinq ans vont également permettre la détection de dizaine de milliers de systèmes planétaires extrasolaires, un relevé exhaustif des petits corps du système solaire, et de nouveaux tests de la relativité générale.

La préparation de cette mission d’astronomie spatiale est assurée par huit Unités de Coordination (« Coordination Unit »).

L’Unité de Coordination CU6 (« Spectroscopic processing ») du projet est sous la responsabilité de l’Observatoire de Paris-Meudon.

La base de données spectroscopiques du projet GAIA sera implantée au CNES, à Toulouse.

Plusieurs membres du LUPM CNRS/UM2 de Montpellier font partie de l’Unité CU6 :

Le LUPM est responsable :

- du « point zéro » dans la calibration en longueur d’onde de l’instrument RVS (« Radial Velocity Spectrometer ») à bord du satellite qui mesurera les vitesses radiales des étoiles
- du développement du logiciel de transformation des vitesses radiales spectroscopiques RVS en vitesses radiales cinématiques barycentriques, corrigées de tous les décalages éventuels en longueur d’onde (effet gravitationnel, etc…).

Afin de mener à bien ces deux tâches, il est nécessaire de créer une base de données d’étoiles standard qui serviront de référence au RVS. Dr G. Jasniewicz du LUPM a ainsi participé à la sélection des quelques 1420 étoiles standard choisies, et est impliqué depuis 2006 dans les campagnes d’observations spectroscopiques sur des télescopes en France et au Chili destinées à alimenter cette base de données.

* Le LUPM fait partie du comité de pilotage (« Steering Committee ») de toute la chaîne de traitement des données spectroscopiques du projet GAIA (CU6).

Plus d’informations : http://sci.esa.int/science-e/www/ar...

Contact : Gérard Jasniewicz


Calibration en vitesse radiale et point zéro du spectromètre GAIA
Rapport de stage de Damir Pinek (CPP Nancy)

La calibration du spectromètre : Gaia observera la voûte céleste en continu pendant 5 ans depuis le point de Lagrange L2. On ne pourra donc pas interrompre les opérations pour des besoins de (...)

Lire la suite

GAIA : la charge utile et les instruments pour la Science

La charge utile se compose d’un seul instrument intégré qui assure trois fonctions principales. Dans les conceptions antérieures des engins spatiaux, les trois fonctions étaient réparties sur trois (...)

Lire la suite

Méthodologie pour dépouiller des mesures au sol destinées à la calibration du spectromètre RVS/Gaia - Rapport de stage de Sarah Laghribi - Master I UM2 Montpellier

Le but du stage était d’analyser les mesures au sol qui permettront d’établir le point zéro du RVS/Gaia lorsqu’il sera lancé.
Pour cela, on se base sur les mesures au sol dans différents observatoires (...)

Lire la suite