Nos tutelles

Nos partenaires

annuaire

aigle

Rechercher




Accueil > Actualités

L’excès de Rubidium observé dans des étoiles en fin de vie expliqué

publié le , mis à jour le

Dans l’édition d’avril de Astronomy & Astrophysics Letters, une équipe internationale d’astrophysiciens provenant pour la plupart de l’Instituto de Astrofísica de Canarias (IAC) fait état d’un nouveau modèle d’atmosphère stellaire qui permet d’expliquer l’apparente surabondance de rubidium mesurée dans certaines étoiles.

Bertrand Plez, astrophysicien au LUPM, est co-auteur de cet article qui met fin au débat qui opposait théorie et observation dans l’étude de cet élément radioactif exotique. En effet, ce modèle d’atmosphère prenant en compte le vent de l’étoile rend compatible avec la théorie l’abondance de Rubidium observée dans certaines étoiles de masse intermédiaire, dans leurs dernières phases d’évolution.

Spectre d’une étoile massive AGB (points blancs) superposé aux prédictions du nouveau modèle d’atmosphère (ligne jaune), et aux modèles anciens qui ne prennent pas en compte l’enveloppe (ligne bleue). Le Rubidium est détecté grâce à une forte raie d’absorption à une longueur d’onde de 7800 Ångströms. Le graphique est juxtaposé à une impression d’artiste figurant une étoile AGB. © Gabriel Pérez Díaz, Instituto de Astrofísica de Canarias (Servicio Multimedia)

"Circumstellar effects on the Rb abundances in O-rich AGB stars".

Lire le communiqué de presse (en anglais) sur le site de l’IAC.