Nos tutelles

Nos partenaires

annuaire

aigle

Rechercher




Accueil > Actualités

Le satellite Fermi de la NASA fête ses 5 ans dans l’espace et étend la durée de sa mission

publié le , mis à jour le

Au cours de la première phase de sa mission qui a déjà duré cinq ans, Fermi, l’observatoire spatial en rayons gamma de la NASA, a fourni aux astrophysiciens un portrait des plus détaillés des phénomènes les plus extraordinaires de l’Univers, depuis les trous noirs géants au cœur de galaxies lointaines jusqu’aux orages frappant la Terre.

Mais sa mission n’est pas encore terminée. Le 11 août dernier, Fermi est entré en phase d’opérations prolongées, avec pour but une étude plus approfondie de l’Univers à haute énergie. Il s’agit d’une étape importante vers l’objectif affiché par l’équipe scientifique de remplir une décennie d’observations, laquelle se terminerait en 2018. Le Laboratoire Univers et Particules de Montpellier, impliqué dans le projet depuis 2004, continue à participer à cette aventure.

Des blazars aux orages, cette vidéo présente les faits les plus remarquables des cinq premières années observés par le Fermi Gamma-ray Space Telescope - Image Credit : NASA’s Goddard Space Flight Center - Télécharger cette vidéo à : http://svs.gsfc.nasa.gov/vis/a01000...

"Alors que Fermi ouvre ce deuxième acte, le satellite fonctionne parfaitement tout comme ses instruments, qui délivrent de remarquables données scientifiques", a déclaré Paul Hertz, directeur de la division Astrophysique de la NASA à Washington.

Fermi a révolutionné notre vision de l’Univers en rayons gamma, la forme la plus énergétique de la lumière. Les avancées permises par l’observatoire comprennent de nouvelles connaissances sur de nombreux processus de haute énergie, depuis les étoiles à neutrons en rotation rapide - aussi appelées pulsars - au sein de notre propre Galaxie, jusqu’aux jets alimentés par des trous noirs supermassifs dans de lointaines et jeunes galaxies.

Le Large Area Telescope (LAT) - l’instrument principal de la mission - balaye l’ensemble du ciel toutes les trois heures. Ce détecteur - véritable état de l’art - dispose d’une vision plus nette, d’un champ de vue plus large et couvre une gamme d’énergie plus étendue que tous ses prédécesseurs.

"Alors que le LAT fournit une image des plus détaillées du ciel gamma, il révèle en même temps la variabilité de l’Univers à ces énergies", a déclaré Peter Michelson, responsable de l’instrument et professeur de physique à l’Université de Stanford en Californie.

Le second instrument de Fermi, le Gamma-ray Burst Monitor (GBM), voit l’intégralité du ciel à tout instant, à l’exception de la partie occultée par la Terre. Cette couverture du ciel permet à Fermi de détecter plus de sursauts gamma, et sur une gamme d’énergie plus large, que toute autre mission. Ces explosions, les plus puissantes dans l’Univers, accompagnent semble-t-il la naissance de nouveaux trous noirs de masse stellaire.

La vision par Fermi du ciel à des énergies supérieures à 1 GeV n’a cessé de s’affiner. Cette animation compare les vues d’une région large de 20 degrés dans la constellation de la Vierge, après la première puis la cinquième année d’exploitation du LAT. De nombreuses sources supplémentaires (en jaune ou rouge) apparaissent dans la dernière image - Image Credit : NASA/DOE/Fermi LAT Collaboration - Télécharger cette animation à : http://svs.gsfc.nasa.gov/vis/a01000...

"Plus de 1200 sursauts gamma, ainsi que 500 flambées en provenance de notre soleil et quelques centaines en provenance d’étoiles à neutrons fortement magnétisées dans notre Galaxie, ont été vus par le GBM", a déclaré Bill Paciesas, responsable de l’instrument et chercheur au Space Research Association’s Science and Technology Institute, à Huntsville en Alabama.

L’instrument a également détecté près de 800 bouffées de rayonnement gamma provenant d’orages. Ces bouffées passagères ne durent que quelques millièmes de seconde et figurent parmi les émissions naturelles de lumière les plus énergétiques sur Terre.

Un des résultats les plus frappants de Fermi jusqu’ici a été la découverte de bulles géantes s’étendant sur plus de 25 000 années-lumière, au-dessus et en dessous du plan de notre Galaxie. Les scientifiques pensent que ces structures peuvent avoir été formées par des pics d’activité du trou noir - d’une masse de 4 millions de soleils - qui réside dans le cœur de notre Galaxie.

Pour renforcer le succès de la mission, l’équipe scientifique envisage une nouvelle stratégie d’observation qui permettrait au LAT de réaliser des observations plus profondes de la région centrale de la Voie Lactée, un royaume riche en pulsars et autres sources de haute énergie. Cette zone est aussi considérée comme l’un des meilleurs sites pour rechercher des signaux de rayons gamma produits par la matière sombre, une substance insaisissable qui n’émet ni absorbe la lumière visible. Selon certaines théories, la matière sombre est constituée de particules exotiques qui produisent des photons gamma lorsqu’elles interagissent entre elles.

Cette carte montre le ciel complet à des énergies supérieures à 1 GeV, après analyse des données sur cinq ans de l’instrument LAT de Fermi. La luminosité indique l’intensité de l’émission gamma - Image Credit :
NASA/DOE/Fermi LAT Collaboration - Plus d’information sur cette image à : http://svs.gsfc.nasa.gov/vis/a01000...

"Au cours des prochaines années, d’importantes et nouvelles expériences astronomiques exploreront d’autres longueurs d’ondes et viendront compléter Fermi et nous donner encore un meilleur aperçu des événements les plus puissants dans l’Univers", a déclaré Julie McEnery, scientifique responsable du projet au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland.

Le télescope Fermi/LAT de la NASA est le résultat d’un partenariat dans les domaines de l’astrophysique et de la physique des particules. Le Goddard Space Flight Center gère la mission, et le télescope a été développé en collaboration avec le Department of Energy des États-Unis, avec des contributions provenant d’institutions universitaires et de partenaires aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Italie, au Japon et en Suède.

Liens recommandés

- Download additional graphics from NASA Goddard’s Scientific Visualization Studio
- Media gallery : Fermi’s First Five Years
- Fermi multiwavelength observing support programs
- "NASA Goddard Astrophysicist Wins Prize for Pulsar Work" (02.04.13)
- "Fermi Improves its Vision for Thunderstorm Gamma-Ray Flashes" (12.06.12)
- "NASA’s Fermi Spots ’Superflares’ in the Crab Nebula" (05.11.11)
- "NASA’s Fermi Catches Thunderstorms Hurling Antimatter into Space" (01.10.11)
- "Fermi Sees Brightest-Ever Blazar Flare" (12.08.09)

Article de Francis Reddy
NASA’s Goddard Space Flight Center, Greenbelt, Md.

Cet article est traduit de : http://www.nasa.gov/content/goddard...

Site Fermi de la NASA : http://www.nasa.gov/mission_pages/G...

Consultez la page Fermi du site du LUPM