Nos tutelles

Nos partenaires

annuaire

aigle

Rechercher




Accueil > Recherche > Les Axes et Activités de Recherche > Astrophysique Stellaire > Services d’observation > GAIA > GAIA : le satellite et la mission spatiale

Le déroulement de la mission spatiale

publié le , mis à jour le

La mise en service et la vérification des instruments aura lieu au cours de la phase de transfert de la mission, lorsque le vaisseau spatial volera vers sa destination : le point de Lagrange L2 du système Soleil-Terre. Cette phase de mise en service s’applique à toutes les fonctions du module de service et du module de charge utile pouvant être vérifiées au cours de la phase de transfert.

Dans ce but, durant la phase de transfert, l’attitude nominale par rapport au Soleil est la même que celle du statut opérationnel. La mise en service finale du module de charge utile commencera après la mise en orbite autour du point L2, et verra le calibrage final de l’instrument et l’estimation de ses performances.

Opérations

- Les opérations courantes se composent d’un téléchargement des données scientifiques chaque jour (environ 8 heures) et des mises à jour hebdomadaires de la loi de scan [balayage céleste) pour tenir compte des zones célestes densément peuplées en étoiles.
- Les opérations d’entretien en orbite sont généralement effectuées une fois par mois
- Une manœuvre d’évitement d’une éclipse de la Terre est effectuée dans le cadre de la mission
- Toutes les manœuvres de correction sont effectuées sur l’attitude nominale de l’engin spatial. Les règles de scan ne sont pas interrompues dans le cas de petits déplacements du satelllite, de façon à minimiser l’impact sur les observations
- Le vaisseau spatial Gaia assure acquisition de données scientifiques et leur téléchargement, y compris durant les éclipses du Soleil par la Lune.

Image credit : ESA
Image credit : ESA

Le segment terrestre

Les périodes de contact du satellite avec la Terre auront une durée de huit heures et seront assurées en utilisant l’antenne X-band Cebreros (Espagne) de 35m, ainsi que la station au sol à Perth (Australie)

Corrélation dans le temps

En plus des corrections classiques dans l’estimation du temps, il est proposé que la détermination en vol du temps UTC (Temps universel coordonné) soit effectuée par un processus spécifique à double sens. Cette technique permet d’annuler les retards symétriques d’origine ionosphérique ou troposphérique, ou les retards d’origine relativiste. Cette correction par corrélation est en outre indépendante de l’orbite.

Article extrait de : http://sci.esa.int/gaia/40026-mission-operations/