Nos tutelles

Nos partenaires

annuaire

aigle

Rechercher




Accueil > Recherche > Les Axes et Activités de Recherche > Astrophysique Stellaire > Services d’observation > GAIA > GAIA : les objectifs scientifiques

Système solaire : Nuage d’Oort et perturbations

publié le

Loin au-delà des planètes extérieures, entre quelques 1000 et 150 000 UA ( 2,4 années lumière) à partir du Soleil, le système solaire est supposé être enveloppé par un grand nuage d’objets cométaires connue comme le nuage d’Oort. A titre de comparaison, le demi-grand axe de l’orbite de Pluton représente un peu moins de 40 UA.

Le nuage d’Oort n’a pas été observé directement, mais son existence est déduite d’observations de comètes à longue période (de période orbitale supérieure à 200 ans, la plupart du temps à proximité des orbites paraboliques).

Les modèles montrent que, pour que les comètes à longue période existent encore aujourd’hui, elles ont besoin d’être renouvelées, faute de quoi elles auraient été totalement épuisées sur une courte échelle de temps, bien inférieure à l’âge actuel du système solaire (environ 4500 millions d’années).

Les caractéristiques des comètes à longue période, comme cela est calculé à partir de leur passage orbital près du Soleil, où elles ont pu être observées, permettent de connaître leur forme mais aussi l’emplacement de leur source :

- l’aphélie de la majorité des comètes à longue période est située sur un point entre 20 000 - 150 000 UA
- la distribution des inclinaisons orbitales est en grande partie isotrope
- la distribution des directions de leur point de périhélie est largement isotrope.

Les deux dernières caractéristiques impliquent qu’il n’y a pas de provenance privilégiée pour ces comètes à longue période et par conséquent la distribution de la source de ces comètes est également isotrope : soit un nuage sphérique.

Il y a, cependant, certains groupes de comètes à orbite non-aléatoire, ce qui peut être le résultat de récents passages stellaires. L’approche ou le passage d’étoiles à travers le nuage d’Oort peut dévier les comètes à l’intérieur du système solaire interne, ce qui peut entraîner le passage de la Terre à travers des pluies de comètes, avec tous les impacts possibles.

Objectifs scientifiques

L’étude du lien entre les impacts du passé et connus sur Terre et des pluies de comètes sera possible avec l’ensemble des données obtenues par GAIA : un recensement complet et précis de la distribution et des mouvements des étoiles dans le voisinage solaire permettra de déterminer la fréquence de ces rencontres rapprochées avec le nuage d’Oort.

GAIA permettra de détecter presque tous les systèmes stellaires locaux à moins de 50 parsecs ( 160 années-lumière) à partir du Soleil - par rapport aux 20% détectés par Hipparcos - avec une précision astrométrique qui permettra en ce qui concerne les positions stellaires, de remonter loin dans le temps et dans l’histoire géologique.

L’anticipation des rencontres en utilisant des données de GAIA est censée établir si le nombre de comètes observé actuellement est un nombre moyen, ou s’il est dans une période où il augmente. Ces résultats auront des répercussions sur le calcul de la taille de la population des objets dans le Nuage de Oort.

La comète Hale-Bopp a été découverte le 23 juillet 1995 à une très grande distance du Soleil. Bien que la prévision de la brillance des comètes soit un art difficile, Hale-Bopp a satisfait ou dépassé les prédictions à son passage au périhélie le 1er avril 1997 - Photo : NASA

Article extrait de : http://sci.esa.int/science-e/www/ob...