Nos tutelles

Nos partenaires

annuaire

aigle

Rechercher




Accueil > Recherche > Les Axes et Activités de Recherche > Expériences et Modélisation en Astroparticules (EMA) > HESS

Etudes multilongueurs d’ondes de sources Galactiques

publié le

L’équipe bénéficie de la présence de deux
groupes experts dans les télescopes gamma de haute et très haute énergie les plus performants du moment.

Les intérêts scientifiques et les responsabilités de chacun n’ont pas encore permis d’en tirer tout le parti, mais
l’effort de synergie nécessaire à une collaboration scientifique fructueuse est en cours de développement. Une
thèse de doctorat à cheval sur HESS et Fermi dédiée la recherche de signaux indirects d’annihilation de
matière sombre s’est achevée fin 2009. Dès 2010, l’étude des sources Galactiques communes
dans les deux domaines d’énergie couverts par ces télescopes a démarré.

Le groupe Fermi est fortement impliqué dans
l’analyse de sources Galactiques (pulsars, vestiges de supernovae ou sources non identifiées), en particulier
dans la région du centre Galactique. L’étude de ces sources sera prolongée par des observations à de multiples longueurs d’ondes,
qui permettront de mieux cerner leur nature et leurs paramètres.
Les observations multilongueurs
d’onde sont cruciales pour cerner la nature du processus d’émission
gamma. Celle-ci
est incertaine pour un nombre important de sources Galactiques, en particulier des vestiges
de supernovae mais aussi des sources non identifiées
 : estelle
leptonique ou hadronique ? Dans le cas
leptonique, l’émission Compton inverse en gamma s’accompagne d’un rayonnement synchrotron détectable
notamment en rayons X. L’équipe poursuit les observations de ces sources avec les satellites XMMNewton
et Chandra. Nous développerons des analyses dans le domaine des rayons X durs, notamment avec INTEGRAL. Les sources étudiées étant généralement étendues, nous développons des méthodes adaptées
pour la recherche de contreparties dans ces observations. Nous participerons également à l’étude du
rayonnement des sources Galactiques dans le domaine radio.

Dans l’hypothèse hadronique, la principale
inconnue est la densité du milieu ambiant. Nous entreprendrons de contraindre celle-ci
dans les vestiges de
supernovae par l’observation de leur émission thermique en rayons X.

En ce qui concerne les vestiges
associés à un nuage moléculaire, nous participerons à l’exploitation d’observations dans des raies
millimétriques en collaboration avec le LAOG (Laboratoire d’Astrophysique de l’Observatoire de Grenoble).
Des contraintes sur l’accélération des rayons cosmiques dans les vestiges de supernovae pourront être
apportées par une étude statistique des vestiges Galactiques et de leur émission gamma.